Mesurer son excitation pour progresser

Apprendre à se mesurer pour durer plus longtemps

Vous le savez si vous avez regardé la vidéo précédente : pour retarder votre éjaculation, vous devez apprendre à contrôler la montée de votre éjaculation. Mais comment faire ? La première étape, c’est d’abord d’avoir à chaque instant une bonne idée de votre niveau d’excitation. Voici l’outil qui va vous aider.

 

Retranscription du texte de la vidéo

Lorsqu’on a un problème d’éjaculation précoce, il s’agit non seulement d’un problème de contrôle mais aussi d’un problème de mesure. Je m’explique.  Supposons que les préliminaires viennent de se terminer. La pénétration  est entamée. Et là, on a une mauvaise surprise ! Vous êtes déjà au bord de l’éjaculation, vous n’allez pas pouvoir faire grand-chose.

Pourquoi ?

 Parce qu’on pensait être en état de se contrôler mais on s’aperçoit que son niveau d’excitation est déjà très haut. C’est-à-dire qu’il a déjà atteint le seuil de l’éjaculation. Le problème c’est que, si dès le début de la pénétration, on est déjà très proche de l’éjaculation, c’est  donc sans surprise qu’on ne puisse pas faire grand-chose pour réussir à se maitriser. Le rapport se termine trop tôt. On est déçu  de même que sa partenaire et ce, même en terme de plaisir.  Aucun plaisir n’est vraiment ressenti parce qu’on n’a vraiment pas pu savourer le rapport.

Comment maîtriser son éjaculation

Prenons maintenant le cas d’un homme qui a  réussi à se maitriser. Déjà, cette maitrise n’est jamais complètement à 100%; c’est très rare. Pour cet homme qui a réussi à se maitriser, son expérience à lui, c’est que déjà à chaque étape, il est capable de savoir à peu près où il en est sur son niveau d’excitation. Et ensuite, si jamais il s’aperçoit que son niveau d’excitation est trop haut, il est capable de prendre de bonnes mesures pour le faire redescendre. Ce qui est encore formidable c’est qu’à partir d’un certain niveau de maîtrise, cet homme va être capable de mesurer là où il en est, et saura utiliser  la stratégie adaptée au moment et ce, quasiment sans y penser. C’est-à-dire qu’il va pouvoir profiter de ce qui se passe avec sa partenaire, interagir avec elle et temporiser si jamais cela s’avère nécessaire pour faire en sorte que le rapport sexuel se fasse dans l’échange en testant son niveau d’excitation. Et c’est comme ça qu’on prend le plus de plaisir.

Si vous avez regardé la vidéo précédente, vous connaissez donc le fonctionnement anatomique de l’éjaculation. Vous avez certainement compris que la seule façon de progresser, c’est de mieux maitriser le niveau de votre excitation.

Maintenant nous allons voir comment faire pour le  mesurer. Lorsqu’un enfant ou un adulte fait ses débuts dans l’apprentissage du vélo, quelles sont les premières choses qu’il apprend à faire ?

  • C’est garder son équilibre.
  • Se rendre compte qu’on est en train de dévier sur la gauche ou sur la droite.
  • Donner un léger coup de guidon pour pouvoir se remettre sur la route
  • Il s’aperçoit qu’on n’arrive plus à se contrôler lorsqu’on va  très lentement, on perd l’équilibre.
  • Mettre un pied à terre pour pourvoir garder son équilibre et non s’arrêter simplement pour tomber comme un imbécile.

C’est exactement la même logique qu’on utilise quand on veut progresser pour  venir  à  bout  d’une éjaculation précoce.

Les étapes du rapport sexuel

Alors je vous rappelle les  différentes étapes d’un rapport sexuel,  il y a :

  • L’érection
  • La pénétration
  • La montée d’excitation
  • L’arrivée dans la zone d’imminence éjaculatoire (la zone de non-retour)
  • l’éjaculation (composée de deux phases).
    • Phase d’émission
    • La phase d’expulsion
  • la perte d’érection  (la rémission érectile)

Le  rapport sexuel, en tout cas pour ce qui concerne la pénétration  va  s’arrêter  là.

La courbe de l’excitation sexuelle.

La bonne nouvelle c’est que pour progresser et savoir où l’on en  est, les sexologues ont inventé un outil.  Et cet outil,  c’est tout simplement la courbe de l’excitation sexuelle. Alors sur cette courbe, au niveau des ordonnées, c’est à dire en hauteur, on va indiquer les quatre zones qui sont importantes dans l’excitation :

Ensuite en abscisse, ça va être tout simplement le temps qui passe. Et ça va être votre nouvel outil précieux qui va vous permettre de progresser. Ce qui est formidable avec cette courbe, c’est qu’elle est capable de raconter  toute seule une histoire.

Premier exemple

Je prends l’exemple classique d’un homme qui maîtrise correctement son éjaculation.

 Les étapes : l’érection, la pénétration, la montée de l’excitation, une phase de modulation, L’approche de la zone de non-retour ou d’imminence éjaculatoire, descente de l’excitation, l’excitation monte de nouveau, montée de l’excitation  dans la zone de non-retour (zone qui est très risquée), nouvelle descente de l’excitation, nouvelle phase de modulation, nouvelle montée de  l’excitation, atteinte la zone de non-retour, l’éjaculation., émission, expulsion, la rémission.

Deuxième exemple

 Voici donc les caractéristiques: descente de l’excitation, Perte  de l’érection (chose courante, rien de grave), Reprise de  la pénétration, Nouvelle pénétration, Phase de modulation, Ejaculation.

Je vais prendre un deuxième exemple avec de nouveau, un homme qui se maîtrise correctement. Je vais aller plus vite sur cette courbe parce que vous connaissez le principe. Je vous disais qu’une  telle  courbe est capable de raconter une histoire et c’est vrai. 

On peut supposer que le rapport sexuel a été tout à fait satisfaisant à la fois pour l’homme comme pour sa partenaire.

Troisième exemple

Et maintenant le troisième exemple. La courbe d’un homme qui a un problème d’éjaculation précoce.

 On peut remarquer aussitôt : Pénétration avec excitation bien plus haute, Pas de phase de modulation, Montée en flèche de l’excitation, Traversée  de la zone de non-retour, Contraction hypothétique du bassin par l’homme  qui essaie de stopper son éjaculation, C’est trop tard, Ça ne sert à rien.

Je l’ai déjà dit mais  je le répète encore une fois : contracter son bassin et essayer de stopper son éjaculation, quand elle arrive, ne sert à rien. C’est même complètement contre-efficace parce que le fait de se contracter, accélère au contraire  la venue de l’éjaculation.

La courbe de l’excitation : Une boussole efficace

L’outil va tout simplement vous permettre de savoir où vous en êtes. C’est à dire qu’il  faut être capable de l’utiliser :

  • Pendant votre rapport sexuel
  • A la fin d’un rapport, ça peut également vous permettre de vous faire un petit récapitulatif,  de :
    • Ce qui s’est passé 
    • Ce que j’ai vécu
    • A quoi ma courbe devrait ressemble
    • Ce que j’ai réussi
    • ce que j’ai raté

Ce principe de courbe d’excitation sexuelle a  donc été mis au point par des scientifiques, simplement des médecins, des sexologues.

SI jamais cela vous semble trop aride, rien ne vous empêche dans votre tête d’utiliser plutôt :

 Un compteur de vitesse par exemple. Vous pouvez dire qu’en bas de votre compteur de vitesse, c’est tout simplement l’apparition de l’excitation.
Une zone rouge définie ou zone  de warning. C’est la zone de non-retour dans laquelle si jamais vous y restez trop longtemps, vous allez la dépasser et qu’en ce moment-là vous n’avez que quelques secondes pour réagir sinon, trop tard ; ce sera l’éjaculation.

La question que vous pouvez vous poser  c’est : « Que dois-je faire pour mesurer le niveau que j’en suis ? ».  Sur cette courbe, il y a deux zones qui sont très faciles, il y a :

  • la zone du bas, c’est le moment où l’érection n’apparait pas dure ; 
  • la zone du haut
  • la zone de l’éjaculation. 

Pour savoir  là où vous en êtes dans cette zone, c’est un peu plus compliqué je suis d’accord. Pour pouvoir progresser, vous allez devoir faire des exercices parce qu’il n’y a pas d’autres moyens que  celui d’utiliser cet outil.

La masturbation, un outil pour progresser

Quel est l’outil qui va vous permettre de progresser ? C’est tout simplement :

  • Faire la masturbation.
  • Trouver trente minutes de tranquillité.

Vous n’allez pas simplement vous faire plaisir, ça c’est ce qu’on fait d’habitude. Vous allez également étudier vos sensations, ça veut dire que vous allez étudier non seulement votre niveau d’excitation,  mais aussi quelles sont vos sensations à différents endroits.

Je vais être plus précis :

  • Comment êtes-vous en train de respirer ? C’est-à-dire entre  le début de la masturbation et la fin quand vous arrivez à l’éjaculation.
  • Est-ce que vous respirez de façon lente et profonde ?
  • Est-ce qu’au contraire, c’est  de manière beaucoup plus saccadée ?
  • Est-ce que vous respirez avec le haut des poumons ou avec le ventre ? Etc. 
  • Est-ce que vous ressentez  un état de contraction dans votre corps ?
  • Si oui, dans quelle zone ?

Et enfin au fur et à mesure que vous  vous approchez de l’éjaculation je vais vous demander de faire attention à votre niveau de conscience. C’est tout simplement à quel point vous êtes capable de vous concentrer sur une  chose,  autre que  votre masturbation.

Conclusion

Alors, apprendre à maitriser son excitation, c’est sûr, c’est plus compliqué que  d’appendre à faire du vélo. Cela dit,  une fois qu’on a appris comment ça marche, quels Sont Les bons outils à  pratiquer, comment progresser.

Eh bien on sera  capable d’appliquer les bons stratagèmes et ce, sans même y penser. C’est ce que font les autres hommes, c’est aussi simple que ça. Simplement, comme ce n’est pas une chose à laquelle  ils réfléchissent vraiment, lorsqu’on leur demande comment ils font, ils ne sont pas capables de l’expliquer en détail. Ils ne font pas l’effort de formaliser. C’est normal donc n’oubliez pas, je sais bien que ça peut être décourageant quand on a un problème d’éjaculation précoce mais tout n’est pas perdu, c’est quelque chose qu’on peut guérir. Je veux dire si vous avez  envie de vous attaquer vraiment  au problème, vous allez avancer. Aujourd’hui, vous avez un nouvel outil qui permet de progresser et vous avez eu un premier exercice à pratiquer.

Sur ce, n’hésitez pas à poser des questions dans les commentaires, ça peut tout simplement être le sujet d’une prochaine vidéo 🙂

2 réflexions sur “Apprendre à se mesurer pour durer plus longtemps”

  1. Ping : Critique : La thérapie sexofonctionnelle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.