La faute de la masturbation ?

La faute de la Masturbation ?

Je n’arrive pas retarder la venue de mon éjaculation. Est-ce que ce n’est pas lié à la façon dont je me masturbe ?

 

Retranscription du contenu de la vidéo

Cette retranscription est présente avant tout pour aider les moteurs de recherche à indexer la page.
Je vous encourage plutôt à regarder la vidéo 🙂

Est-que la masturbation ne serait pas responsable du dérèglement de mon corps ? Est-ce que ce n’est pas ça qui provoque une éjaculation plus rapide chez moi ?

C’est une question qui est extrêmement pertinente. La masturbation, c’est un acte sexuel solitaire.

Quand on fait l’amour, c’est un acte sexuel qui a lieu à deux. Est-ce que faire l’amour seul, ça ne dérègle pas son corps quand ensuite on fait l’amour à deux ?

Les hommes ne parlent jamais entre eux de leurs problèmes d’éjaculation, mais face à un sexologue, la parole se libère. Ce qu’on découvre, et malheureusement, c’est ce que vous vivez probablement, c’est que ces problèmes d’éjaculation font souffrir non seulement pendant les rapports sexuels quand on a une déception, mais ils vous trottent dans la tête en dehors. Le problème ne se limite pas à la chambre à coucher, Même quand l’homme est seul, par exemple pour se masturber, c’est quelque chose qui va l’angoisser. Même dans ces moment là, on se pose la question : Oui, je viens de passer un moment qui était agréable.

Mais est-ce que ce ne sont pas ces plaisirs solitaires qui dérèglent mon corps ?

Et qui ensuite sabotent mes autres rapports sexuel quand je suis avec ma partenaire ?

Il y a donc deux aspects qu’il faut traiter. Il y a d’abord le côté angoissant. Et pour ça, on va voir pourquoi est-ce que la masturbation, ça reste quelque chose d’assez honteux.

Ensuite, on va voir à quel point ça reste quelque chose de naturel. Et aussi, on va voir à quel point c’est répandu chez les hommes adultes. Et surtout, on va voir si ça contribue à l’éjaculation trop rapide.

Et sur ce sujet, vous allez voir que j’ai une mauvaise nouvelle… Et une bonne nouvelle !

Une histoire de Religion

Les deux religions qui ont le plus marqué la société française actuelle, c’est le Christianisme et l’Islam. Et ces deux religions condamnent la masturbation.

Dans le Christianisme, c’est considéré comme un péché mineur, parce qu’il risque d’emmener vers des péchés plus importants. C’est la même logique que lorsqu’on dit que fumer de l’herbe risque d’amener à des drogues dures. Même si vous n’êtes pas pratiquant – ce qui statistiquement est probablement le cas – cela vous influence. Ce sont des valeurs qui ont infusé dans la société française et qui font partie de notre subconscient.

Les erreurs de la Médecine

La Médecine elle-même a fait de nombreuses erreurs. Par exemple, elle a longtemps considéré que le sang était une substance qui pouvait poser problème. En revanche, on considérait que si un homme était fatigué après un orgasme, c’est parce qu’il avait perdu de son fluide vitale. C’est la raison pour laquelle pendant longtemps, pour désigner l’orgasme, on utilisait l’expression « La Petite Mort ».

En suivant ce raisonnement, on comprends pourquoi la masturbation a pu être considérée comme dangereuse.

Cette nature dégradante et dangereuse se retrouve dans l’étymologie du mot « Masturbation ». Masturbation vient du latin, Manu Stuprare. Cela signifie se polluer avec la main.

Une pratique naturelle

Qu’est-ce que les espèces suivantes ont en commun ? Il y a des éléphants. Les cétacés. Les rongeurs. Les manchots. Les lézards et les tortues. Ces animaux se masturbent tous. La plupart des mammifères se masturbent. Parmi les mammifères, si on faisait un podium des animaux qui se masturbent le plus. En haut, qui retrouverait-on ? Les primates.

Les hominidés, c’est le groupe qui comporte en même temps les primates et les hommes. Pourquoi se masturbent-ils particulièrement souvent ?

Il semblerait que ce soit dû à deux particularités chez ces mammifères.

Première particularité : au cours de leur évolution, les primates ont vu s’altérer des récepteurs hormonaux. Ceux qui permettent de repérer les périodes de fécondité des femelles. Tout comme nous, les primates ne peuvent pas repérer de visu, ou à l’odeur le moment où une femelle – ou une femme – est fertile.

La seconde particularité, qui est encore plus importante, concerne le cycle menstruel féminin. Voici le cycle menstruel d’un animal classique.

Cycle menstruel de la rate

Ici, c’est la femme du rat. On peut voir que chez la rate, à un moment du cycle, il y a une ovulation. On observe les variations de deux hormones féminines : l’œstradiol et la progestérone. Et ce qui nous intéresse ici, c’est la période d’activité sexuelle de la rate. On peut voir que cette période d’activité est assez courte chez la rate. Et maintenant le cas de la femme.

Il y a également une période d’ovulation. Des variations des différentes hormones. La différence chez la femme, c’est que la période d’activité sexuelle s’étend tout au long du cycle. Si vous avez eu des animaux de compagnie, vous avez dû voir qu’ils ont des périodes d’activité sexuelle très délimitées. Chez la femme, vous le savez, il n’y a pas de période de chaleur en particulier.

Cela amène deux conséquences majeurs pour le sujet qui nous intéresse.

Tout d’abord, chez l’ensemble des mammifères qui ont des chaleurs, la sexualité est très automatique.

Pour simplifier. Une femelle entre en période de chaleur. Les phéromones qu’elle va libérer vont rendre fous les mâles. Ils vont les percevoir et réagir fortement à cette stimulation sexuelle. Chez les primates et chez hommes, il n’y a ni période de chaleur, ni hormone sexuelle que le mâle peut capter. La femelle est disponible sexuellement tout au long du cycle. En réaction, l’homme est également sexuelle excité tout au long du cycle. Cela entraine que chez l’homme, la sexualité est plus un apprentissage qu’un automatisme.

Une pratique répandue ?

À quel point la masturbation et-elle répandue ? Et ce qui nous intéresse, ce n’est pas les adolescents, mais chez les hommes adultes. J’ai trouvé une première étude. Elle a été effectuée en 2007, en France, par téléphone, auprès de 12 000 hommes.

On peut voir dans cette étude que même si elle baisse un peu avec l’âge, la masturbation est extrêmement courante. Je trouve même que ces chiffres sont très bas. L’utilisation du téléphone pour mener l’étude a pu avoir une incidence. Les gens ont tendance à minimiser quand on les interroge par téléphone une pratique perçue comme honteuse. Les hommes se masturbent très majoritairement.

Quelle fréquence de masturbation ?

Mais à quelle fréquence ? J’ai trouvé une étude américaine qui date de 2010. Elle a été menée auprès de 2 960 hommes.

Fréquence de la masturbation chez les hommes adultes.
Fréquence de la masturbation chez les hommes adultes.

Dans cette étude, on voit que 35% des hommes ne se masturbent pas, ou bien moins d’une fois par semaine. 25% des hommes se masturbent une fois par semaine. Ils sont 20% à se masturber 2 à 3 fois par semaine. Et un peu moins de 20% à se masturber plus de quatre fois par semaine.

Tout cela est bien beau. Mais la vraie question, c’est : Est-ce qu’il y a un rapport de cause à effet entre masturbation et éjaculation trop rapide ?

La masturbation peut être néfaste

La réponse, c’est que la masturbation est à la fois… néfaste… et bénéfique ! La sexualité chez les primates et chez les hommes est plus une affaire d’apprentissage que chez la plupart des animaux. La masturbation est naturelle, mais c’est aussi une répétition de l’acte sexuel qu’on va faire à deux. Cela veux dire que si vous vous masturbez de façon un peu trop compulsive. Et surtout , de façon rapide. Oui, cela peut être néfaste pour votre contrôle éjaculatoire. C’est un phénomène naturel extrêmement puissant qui porte un nom. C’est le réflexe corporel acquis.

Le réflexe corporel acquis

Pour vous montrer l’importance de phénomène, je vais vous montrer deux exemples. Pour le premier exemple, je vais vous raconter une histoire. Imaginez que la plus grosse passion dans votre vie, c’est le sport. Ce n’est pas n’importe quel sport, c’est la course à pieds, sur 100 mètres. C’est une passion, quelque chose qui est important dans votre vie. Vous vous entraînez régulièrement, plusieurs fois par semaine. Vous faites attention à votre alimentation. Vous vous fixez des objectifs. Très régulièrement, vous travaillez votre course. Le départ dans les starting blocks, l’accélération, ou doser au mieux votre effort sur cette distance précise de 100 mètres.

Comme souvent, vous vous rendez un week-end à une compétition sportive. Sans vous prévenir, on vous a inscrit à une course différente. Un marathon de 42 kilomètres.

D’après vous, comment allez-vous réussir cette course ?

La réponse : malheureusement, vous allez être très mauvais. Bien sûr, vous allez être plus mauvais que les marathoniens chevronnés. C’est normal. Mais vous allez aussi être plus mauvais que des gens en moins bonne condition physique que vous. Et qui ont juste une petite expérience du marathon. Plus surprenant : il est assez probable que vous n’arriviez pas à terminer ce marathon. Après quelques kilomètres, vous serez exténué. À bout de souffle et à bout de force.

Votre réaction logique doit être de penser la chose suivante. « Ce n’est pas possible. Si je suis un très sportif, habitué à la course. Il suffit que je ralentisse ma course et que je ménage mon souffle. J’ai toujours de bonnes jambes. Normalement je dois au moins terminer le marathon. »

La réponse est : Non. Pourquoi dans cette histoire, est ce que c’est presque impossible, de vous adapter à cette distance de 42 kilomètres ?

Vous avez énormément habitué votre corps à cette distance de 100 mètres. En courant toujours cette distance des dizaines, des centaines de fois par semaine. Votre corps s’est adapté à cette distance. Il s’est adapté à cet effort. Même lorsque votre cerveau va demander à votre corps de ralentir le rythme, votre corps va refuser de s’adapter. Il va s’acharner à réagir de la façon à laquelle il a été habitué.

Michael Jordan

Voici un autre exemple pour montrer la puissance des réflexes corporel acquis. Vous le reconnaissez probablement, il s’agit de Michaël Jordan. Un des plus grands joueurs de basketball de l’histoire. En 1996, Michaël Jordan a joué dans un film d’animation qui s’appelle Space Jam. Le film est assez sympathique. Michael Jordan joue comme un pied. Mais ce n’est pas le sujet du jour. Pour une des scène du film, on a demandé à Michaël Jordan un mouvement simple. Il devait lancer la balle vers le panier, en le ratant. Et bien contre toute attente, cette scène a été compliquée à tourner. À chaque fois qu’il lançait la balle, il mettait le panier. Il changeait de place. Il se concentrait. Il visait à côté. Et pourtant à chaque fois, il mettait de nouveau la balle dans le panier. C’est exactement la même logique. Depuis son adolescence, Michael Jordan a travaillé comme un fou furieux. Il a réussi à devenir un des hommes les plus compétents pour mettre une balle dans un panier. Ce qui fait que quand on lui demande de rater, il a beau viser à côté, son corps refuse de lui obéir.

L’importance du conditionnement

Vous avez donc compris en quoi la masturbation peut être néfaste. Si elle est mal pratiquée, vous allez imprégner dans votre corps le réflexe de s’exciter et de jouir rapidement. Et cela même quand vous aurez un rapport sexuel à deux. Vous voudrez faire durer les choses. Votre corps va inconsciemment vous faire perdre le contrôle. Et il va vous faire éjaculer beaucoup plus vite que prévu.

La masturbation peut aussi vous soigner

La bonne nouvelle, c’est que la masturbation n’est pas seulement néfaste. Elle peut être positive. Mieux : dans certaines techniques pour lutter contre l’éjaculation précoce, elle est utilisée comme un outil pour progresser. C’est le cas dans la thérapie sexofonctionnelle inventée par le Dr François de Carufel. Cette thérapie utilise cette technique parmi d’autres pour corriger l’éjaculation trop précoce. Cette thérapie été testé en clinique. Elle a démontré son efficacité auprès de plus de 98% des hommes.

Si à la suite de cette vidéo vous avez découvert que votre façon de vous masturber pouvait être néfaste. Il suffit de vous corriger et de changer vos habitudes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.